Écoles

Dans le cadre de son activité de prévention, le service de prévention de l’association Haut-Rhinoise pour la prévention et les soins aux addictions travaille en collaboration avec l’Education Nationale. Les établissements scolaires sont les territoires privilégiés de la prévention puisque ce sont des lieux obligatoires où tous les enfants et adolescents viennent.
L’association Le Cap est fortement implantée au sein des collèges et des lycées du Haut-Rhin, mais pas seulement. Les actions de prévention se développent aussi auprès des élèves de maternelle et de primaire. L’Université peut également être concernée par des actions de prévention.
Nos interventions s’adaptent en permanence aux demandes de terrain et peuvent varier tant dans la forme que dans le contenu des actions.
Notre souhait est d’inscrire nos actions sur le long terme. Cela permet d’instaurer un maillage partenarial et de mettre en place des réseaux d’adultes référents et/ou relais. Ces réseaux pourront fonctionner en autonomie par la suite. Nous restons néanmoins présents pour les accompagner s’ils le demandent.

Maternelle | Primaire | Collège et Lycée | Université

Maternelle

Force est de constater que la prévention primaire des addictions avec ou sans produits arrive parfois trop tard pour certains élèves.
Aux dire des adolescents, on consomme un produit parce que l’on s’ennuie, parce que l’on est stressé, en difficulté ou encore frustré… Nous nous sommes alors demandés pourquoi par exemple ne pas travailler avec de jeunes enfants autour de ces notions de frustration et d’ennui : par exemple, comment gérer l’ennui, comment gérer une frustration lorsque maman refuse de me donner un bonbon ?
De plus, les jeunes enfants sont à priori les plus réceptifs aux messages de prévention : ils n’ont pas encore adopté de conduites particulières. C’est pourquoi nous avons choisi de mener de nouvelles actions en direction des élèves de classes maternelles (moyennes et grandes sections). Pour un public de cette tranche d’age, la prévention des conduites à risque s’oriente vers une éducation pour la santé.
Ces actions de prévention ont pour objectif général de soutenir la construction de leur personnalité, en renforçant les ressources personnelles de l’enfant et ses compétences relationnelles. Elles favorisent l’estime de soi et la confiance en soi, deux facteurs importants dans la manière de faire des choix et de gérer les conflits ou la frustration.
Ces actions de prévention peuvent se décliner de multiples manières, en fonction des attentes de l’encadrement des enfants (instituteurs, infirmières et médecins scolaires, éducateurs) et en fonction des diverses situations vécues.

Pour mieux comprendre les moyens et outils utilisés, nous parlerons volontiers de deux démarches.

1. Démarche pédagogique centrée sur la socialisation à partir du thème des émotions

Au sein d’une classe d’élèves âgés de 4 et 5 6 ans, et en partenariat avec l’enseignant nous avons mené un projet de prévention s’intégrant au projet d’école.

Les orientations de travail sont les suivantes :

  • Apprendre à l’enfant à se connaître : connaître son corps et se l’approprier, reconnaître ses sentiments et apprendre à les exprimer verbalement.
  • Permettre à l’enfant de s’affirmer dans la relation à l’autre : respect de l’autre dans sa différence, respect des règles, sensibilisation à la solidarité et à l’entraide.
  • Aider l’enfant à exprimer ses peurs, ses difficultés et lui apprendre à trouver des solutions.
  • Encourager l’enfant à s’exprimer, à parler de lui, de ses attentes, de ses envies, à s’affirmer de façon positive.
  • Aider l’enfant à trouver des solutions aux situations difficiles qu’il est amené à vivre (conflits, frustrations, séparations, ennui,…).

Le thème retenu est les émotions :

  • comment les reconnaître ?
  • comment les vit-on dans son corps ?
  • comment peut-on les repérer (sur un visage, dans les gestes) ?
  • comment en parler ?

L’accent a été est mis sur la verbalisation des émotions afin que l’enfant puisse y mettre des mots, les repérer, prendre un certain recul et les situer dans sa vie quotidienne, familiale ou scolaire.

Les émotions travaillées séparément ont été :

  • la joie,
  • la peur,
  • la tristesse,
  • la tendresse,
  • la colère.

Notre manière d’aborder chaque émotion varie dans sa présentation et dans les supports utilisés (livres, cassettes audio, jeux de rôles…).
Nous amenons également les enfants à trouver des solutions face aux situations difficiles évoquées engendrant telle ou telle émotion.

Nos interventions sont chaque fois suivies d’un travail des élèves avec leur institutrice autour du dessin, des couleurs, de la verbalisation, de réalisations manuelles, en lien avec l’émotion présentée. Ce travail après notre intervention permet non seulement que l’action soit approfondie, mais aussi une évaluation de la compréhension des enfants.

education

emotions

tristesse

Travaux d’élèves – école maternelle Houssen.

2. Démarche pédagogique centrée sur la socialisation à partir du thème « La vie ensemble »

Après avoir centré les actions de prévention autour des ressentis de l’enfant afin de lui permettre de les repérer, de les verbaliser et de trouver des solutions éventuelles à ses difficultés, nous avons pour objectif de favoriser la vie « ensemble ».

Pour cela, nous souhaitons aider l’enfant à comprendre les règles de vie en société, à s’ouvrir aux autres, à trouver les moyens de vivre avec les autres en bonne entente.
Nous avons défini deux thèmes généraux en lien avec notre objectif de travail :

  • Les différences / La tolérance : reconnaître, comprendre, accepter la différence de l’autre. Comprendre que si l’on est tous différent (ce qui apporte une richesse au groupe) on est également tous pareil (tous humains).
  • L’ennui : ce sentiment est ressenti par l’enfant à tous les âges. Il est important qu’il trouve par lui-même des moyens d’y faire face, peut-être en allant à la rencontre de l’autre. Cela pourra éviter que plus tard, adolescent, il se tourne vers des comportements à risques tels que des consommations d’alcool ou de cannabis ou se tourner vers de nouvelles addictions (nouvelles technologies, internet…) pour « oublier » son ennui.
    L’ennui est aussi un moyen de cultiver de développer son imaginaire afin de trouver des solutions qui sont propres à chacun.

Nous proposons de rencontrer les enfants lors de séances espacées afin de permettre aux enseignant(e)s une préparation préalable et une exploitation pédagogique de chaque thème.

Nos actions s’intègrent nécessairement dans un partenariat actif avec les enseignant(e)s qui devront travailler avec les enfants en abordant les mêmes thèmes d’une autre manière ou de façon plus approfondie, en évaluant ce que les enfants en ont compris et en élaborant des « traces » écrites que les enfants pourront garder.

vie ensemble 1

vie ensemble 2

Haut de page

Primaire

Les enfants des classes primaires sont en plein développement tant physique que psychologique. Les actions de prévention ont alors pour objectif général de soutenir la construction de leur personnalité ; en renforçant les ressources personnelles de l’enfant et ses compétences relationnelles.
Les actions de prévention dans l’enfance visent à favoriser l’estime de soi et la confiance en soi, deux facteurs importants dans la manière de faire des choix et de gérer les conflits ou la frustration. Elles recherchent à développer leurs capacités à décider, à choisir et à agir de façon autonome et responsable, ainsi que leurs capacités à affronter la réalité parfois difficile et à faire face aux conflits.

Les orientations de travail, dans le cadre d’actions de prévention destinées aux élèves des classes primaires sont les suivantes :

  • Apprendre à l’enfant à se connaître : connaître son corps et se l’approprier / reconnaître ses sentiments et apprendre à les exprimer verbalement.
  • Permettre à l’enfant de s’affirmer dans la relation à l’autre : respect de l’autre dans sa différence, respect des règles, sensibilisation à la solidarité et à l’entraide.
  • Aider l’enfant à exprimer ses peurs, ses difficultés et lui apprendre à trouver des solutions
  • Encourager l’enfant à s’exprimer, à parler de lui, de ses attentes, de ses envies, à s’affirmer de façon positive.
  • Aider l’enfant à trouver des solutions aux situations difficiles qu’il est amené à vivre (conflits, frustrations, séparations, ennui…)

« A toi de décider » : fascicule de prévention réalisé par des élèves d’une école primaire

Les trois clubs Rotary et Inner Wheel de Colmar ont lancé une action pour sensibiliser les classes primaires aux dangers des dépendances.
C’est dans ce contexte que nous avons été sollicité pour mener une action de prévention autour du thème : « c’est quoi être grand ? »
Cette démarche a été menée sur une année scolaire, en partenariat avec l’enseignant et l’infirmière scolaire à raison d’une séance de deux heures une fois par mois. Elle avait pour objectif de rendre les enfants acteurs de prévention à travers l’élaboration d’un livret sur le thème des dépendances à leurs pairs.
Les différentes interventions de sensibilisation ont permis aux élèves d’élaborer une brochure de jeux à destination des enfants âgés de 9 à 10 ans intitulée « A toi de décider ».

Le projet « c’est quoi être grand » a encouragé l’apprentissage de comportements basés sur la communication. Des échanges positifs entre les adultes référents et les enfants ont permis à ces derniers de créer et de développer des attitudes et des compétences qui lui permettront de faire des choix face à l’influence de leurs camarades et de mettre des mots sur des situations difficiles.
Les enfants ont parlé, réfléchi, échangé et créé cette brochure.Les élèves ont entièrement créé les jeux : charades, mots fléchés, codes secrets…
Grâce au financement du Rotary Club de Colmar, le livret a pu être diffusé à toutes les écoles élémentaires de Colmar pour les classes de CM1 et CM2. L’objectif est une diffusion plus large auprès de l’ensemble des écoles primaires du Département. C’est pourquoi nous mettons à disposition des enseignants désireux de travailler avec leurs élèves autour du thème des dépendances ce fascicule. Nous pouvons également accompagner cette démarche.

a toi de decider

code secret

charades

a gogo

« L’ennui »

Le but de cette expérience est de sensibiliser les enfants et par la même les parents à la place qu’occupe les écrans dans nos journées.

Cette action lancée dans le cadre de l’école peut permettre de mettre en place au sein d’un établissement et dans la famille une dynamique, en proposant de s’inscrire dans un défi intitulé « 4 jours sans écrans » (télévision, ordinateur, DS, console de jeux…).

Objectifs :

  • Définir la notion d’ennui et permettre aux enfants de la situer dans leur quotidien.
  • Permettre aux enfants de parler de ce qu’ils ressentent.
  • Permettre aux enfants de trouver d’autres activités pouvant remplacer les écrans et ainsi développer leur imaginaire.
  • Sensibiliser les enfants, les adultes et les parents sur la place des écrans dans le quotidien des enfants.

accro
Haut de page

Collège et lycée

Les actions de prévention se déclinent de différentes manières :

1. Le premier niveau d’intervention consiste à sensibiliser et informer les élèves sur le thème des addictions avec ou sans produits.
Un débat est donc organisé avec la classe ou un groupe d’élèves en fonction de leur âge et de leur maturité. Une réflexion est menée à partir des questions et des préoccupations du moment des élèves. Un questionnement autour de leur vécu, leur quotidien, leur permet de trouver un sens personnel à leur éventuelle consommation de drogues usage et/ou comportement ou de renforcer leur position de non consommateur. Nous insistons sur la notion de choix, la place et le sens du produit / comportement dans leur vie.

2. Le deuxième niveau d’intervention consiste en l’organisation de groupes de parole autour de thèmes que les élèves choisissent. Ces groupes se forment à partir du volontariat des élèves qui sont répartis par niveau de maturité (6ème-5éme, 4ème-3ème, 2de-1ère-term). Ce sont des temps où les élèves peuvent s’exprimer autour de sujets qui les préoccupent, en toute confidentialité, dans le respect et l’écoute des autres. C’est un apprentissage à la citoyenneté où les élèves peuvent parler, argumenter, en respectant les opinions diverses. Les contenus de ces groupes de parole peuvent être très riches et très variés.
Cette animation est faite conjointement avec l’infirmière scolaire ou assistante sociale scolaire.

3. Le troisième niveau d’intervention des actions au long terme qui se déroulent sur une partie ou toute une année scolaire. L’accent est mis sur la volonté d’élaborer des actions de prévention suivies et réfléchie en commun avec les équipes pédagogiques. Nous accompagnons les élèves et leurs professeurs intéressés par une démarche de prévention où les élèves deviennent parfois acteurs de prévention.
Les formes sont très variables et aboutissent toujours vers une production (réalisations de panneaux, de vidéos, de dessins…) avec délivrance d’un message de prévention qu’eux-mêmes souhaitent transmettre à d’autres élèves. Les élèves sont motivés et valorisés par ses productions et le message délivré auprès de leurs pairs est très porteur.

A titre d’exemple:

1. Le concours de message de prévention ou de bandes dessinées
En partenariat avec la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile de Mulhouse et à l’initiative des formateurs relais anti-drogues de la Gendarmerie du Haut-Rhin, nous avons initié un projet de concours de message de prévention des conduites addictives chez les adolescents.
Cette action vise à inscrire les collégiens des classes de 4ème et de 3ème en tant qu’acteurs de prévention et non plus en simples spectateurs de discours de prévention. Ce public a été choisi parce que les expérimentations et tentations concernant les conduites à risques sont fréquentes.
Dans le cadre de ce projet, nos partenaires sont la MILDT (Mission Interministérielle de Lutte contre la Toxicomanie), l’Éducation Nationale.

Les objectifs de ce projet sont :

  • de sensibiliser ces publics par une démarche préalable d’accompagnement et d’information sur les risques drogues.
  • d’amener une stratégie de prévention par l’auto-interpellation des collégiens via la réalisation de supports s’appuyant sur l’image, la photo, le dessin, ainsi que la symbolique d’un message à faire passer et donc favoriser la prise de position face à la drogue (savoir dire non) mais aussi la responsabilisation de ce même public par l’impact du message créé à destination de leurs cadets (6ème et 5ème).
  • Valoriser le travail artistique réalisé par la promotion et la représentation de ces bandes dessinées au cours d’expositions destinées à tout public, cela hors des limites de l’établissement scolaire, à l’échelon académique et au delà.
  • Créer une dynamique d’action au niveau du département.
    Ce concours est maintenant pérenne (il en est à sa 12ème édition) dans le département et s’inscrit dans le cadre des comités d’éducation à la santé des établissements scolaires.

fumer

prends toi en main

construire la vie

Image 23

2. Le Caf ‘Conc à Ensisheim :

A l’occasion de la semaine de la sécurité routière notre action a pour but d’apporter des informations et de sensibiliser des jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans au risque de l’alcool au volant.

Pour cela, nous utilisons des supports de prévention réalisés par des lycéens qui ornent par exemple ce jour-là les murs du Café-concert.
Des échanges s’organisent avec le public et les intervenants du service de prévention du Cap avec la distribution d’un quiz. Des réglettes alcool sont mis à disposition permettant de se clarifier au sujet du taux d’alcoolémie et servent également pour le quiz.
A cette occasion, la confection et la promotion de cocktails de jus de fruits sans alcool réalisés par des lycéens majeurs volontaires des établissements scolaires participants sont offerts. Ils permettent d’inscrire ces cocktails dans la continuité du projet de Risque Alcool auprès des jeunes de 11 à 25 ans regroupant différents partenaires, à savoir la Ville de Mulhouse, la M2A, Sémaphore et les associations Vie Libre et le Cap. Un petit guide de recettes de cocktails de jus de fruits est laissé à disposition afin de donner envie de réaliser chez soi des cocktails de jus de fruits comme alternative à la consommation d’alcool.
Le dépouillement des questionnaires remis ce soir-là donne lieu à un tirage sort en milieu de soirée avec la remise de prix.

cocktail sans alcool

Haut de page

Université

  1. Journées de sensibilisation à travers des forums santé où il s’agit d’animer un stand.
  2. Réunions d’information destinées aux étudiants concernant les addictions.

Haut de page